ARCHÉOLOGIE DU FUTUR

 

Le processus créatif appelé « Archéologie du Futur » est le fruit d’une méthode de recherche collaborative développée en 2005 pour explorer la manière dont l’architecture peut, à partir du passé, contribuer à créer un futur désirable, en harmonie avec l’ensemble du vivant.

 

A l’aide de cette méthodologie, chaque projet débute par une étape de collecte des mémoires enfouies d’un site, qui permettront de rendre ensuite intelligible la biographie de l’espace. 

 

Les images/références historiques et les objets « archéologiques » sont répertoriés et analysés avec des équipes pluridisciplinaires qui interviennent dans le cadre du projet en cours de développement. 

 

Ainsi, des centaines d’images sont accrochées sur les murs et des dizaines d’objets (maquettes de travail, « souvenirs » de visites de sites, etc.) sont entreposés. Ces collections « archéologiques » contiennent les embryons des idées architecturales générées collectivement par une approche évolutive de création.

 

De cette manière, l’essence de chacun des projets est issu d’une sorte de processus de distillation, où l’apport du passé est filtré, connecté, interprété, avant d’être traduit en un projet architectural.

 

La réalisation en 2016 du Musée National d’Estonie, conçu avec cette méthode, est un bon exemple pour comprendre ce processus de travail.